LA ROSE DE MAI

la rose centifolia de Grasse
Rose centifolia

LA ROSE DE MAI

LA ROSE DE MAI 600 800 HF PERFUMES

Rosa centifolia, la rose aux cent feuilles

Cet arbuste hybride pouvant atteindre entre 1,50 m et 3 m a des tiges très épineuses. Les fruits sont en forme de petites poires et rougissent vivement à maturité. Les fleurs composées d’une multitude de pétales sont très parfumées et utilisées dans l’industrie de la Parfumerie pour la fabrication de concrète ou d’huile essentielle. La cueillette s’effectue manuellement avec une technique ancestrale qui n’arrache pas la fleur mais la coupe très facilement juste en dessous de son réceptacle au niveau de son pédoncule. Il est important de choisir des fleurs arrivées à maturité c’est-à-dire où l’on peut voir ses étamines (cœur jaune). Chaque cueilleur garde sur les doigts une odeur puissante de rose, et au fil du temps et de la cueillette des marques orange brun.

LA ROSE EN PARFUMERIE

Lorsque la cueillette du jour est finie les roses récoltées dans des toiles de jute sont apportées à la distillerie. Elles sont disposées au sol avant d’être traitées. On retrouve souvent multitude d’insectes venus les butiner. Le distillateur va ensuite les introduire dans la cuve de son alambic sur des plateaux grillagés permettant à la vapeur d’eau de passer. La distillation à la vapeur d’eau permet d’obtenir l’huile essentielle de rose. La distillation au solvant volatile comme l’hexane permet d’obtenir la concrète de rose. L’Absolue est obtenue après lavages successifs et refroidissement de la concrète. L’extraction doit être faite à une faible température (25 à 30°C) car les pétales de rose sont très fragiles et l’essence relativement volatile. Il est nécessaire de faire deux distillations pour obtenir l’essence car cette dernière est très soluble dans l’eau. On utilise alors la première eau de lavage pour la deuxième distillation.

Il faut entre 2 et 3 tonnes de fleurs pour obtenir 1Kg d’huile essentielle de rose; et entre 400 et 500 Kg pour obtenir la concrète.

Description olfactive: Fruité, vert, herbacée, floral rose, bonbon, sucrée.

Utilisation en Parfumerie fine: Joy de Patou l’un des parfums les plus chers au monde

LA ROSE INSPIRATRICE

Je vous parlerais bien de Ronsard et de Mignonne allons voir si la rose mais je préfère un auteur moins classique et plus contemporain et qui me tient tout particulièrement à cœur puisqu’il s’agit de mon arrière grand-père Honoré Harmand.

Voici donc un poème pour son amie Clotilde écrit en 1906.

Fleur fanée coeur aimé
12 juin 1906
À Clotilde PESTEL

Une rose poussait dans mon petit jardin,
A celle que j’ador elle était destinée,
Aussi de tous mes soins était-elle entourée
Et je la respirais en partant, le matin.

Un jour je recevais des gens de ma famille,
Un oncle et une tante ainsi que des cousins.
Je recevais aussi aux petits yeux malins
Une cousine jeune agréable et gentille.

Elle aperçut la rose et voulut la cueillir
Mais je l’en empêchais, je dis « elle est promise »
Elle fût étonnée et combien plus surprise
Quand je dis « cette fleur est un grand souvenir ».

Elle me répondit « encor une amourette
Qui berce sa chimère au murmure des fleurs »
Et dans ses yeux je vis se former quelques pleurs
L’amour avait blessé le coeur de la pauvrette.

« Pourquoi pleurer ainsi pour un simple refus
Et sur tes yeux jeter l’ombre d’un coeur morose
Un jour viendra peut-être où sur ta lèvre rose
L’amour déposera mille baisers confus »

Ainsi je lui causais ; davantage les larmes
Coulèrent de ses yeux comme des pleurs d’enfant
Et tout près du rosier sans crainte s’approchant
Elle cueillit la rose et me dit : « prends des armes

Je saurai me défendre et s’il me faut lutter
Je ne recule pas ». Devant un tel courage
Je m’inclinais vaincu. Et la rose au corsage
Ma cousine riant semblait me défier.

Le soir je dis moqueur à la belle voleuse
« Tu crois avoir brisé notre lien d’amour
Mais demain je rirai, on a chacun son tour
Car cette fleur était rose mystérieuse »

Le lendemain la rose aux vivantes couleurs
Sur le corsage blanc de la veille attachée
Par un prodige heureux ne s’était pas fanée
Et conservait toujours ses grisantes odeurs

Ma cousine comprit que les fleurs quand on aime
Se fanent aisément à toutes les saisons
Et que l’amour punit les folles trahisons
De celles qui voudraient tous les cœurs pour soi-même

Mais je suis consolé. Dans mon petit jardin
Une autre rose encor cette nuit est poussée
Aussi de tous mes soins comme elle est entourée
Car elle est de l’amour le suprême lien.

Vous jeunes filles qui lirez cette poésie, tirez une leçon de cette convoitise qui explique bien qu’il ne faut jamais envier le bonheur d’autrui. Peut-être m’accuserez vous de trop de sagesse, qu’importe, c’est après avoir convoité l’amour d’autrui après avoir vécu de caresses qui ne m’étaient acquises que par les droits honteux de l’adultère que j ‘ai pu traduire sous une forme juridique ce vice répugnant qui semble être implanté dans nos mœurs comme une coutume à laquelle on s’habitue beaucoup plus facilement à cultiver qu’un défaut à le corriger. Honni soit qui mal y pense.

Honoré HARMAND

Vous pouvez retrouver l’œuvre complète que nous connaissons sur www.poesie.net

[recaptcha]

Préférences de confidentialité

Lorsque vous visitez notre site Web, il peut stocker des informations via votre navigateur à partir de services spécifiques, généralement sous la forme de cookies. Ici vous pouvez modifier vos préférences de confidentialité. Il convient de noter que le blocage de certains types de cookies peut avoir une incidence sur votre expérience sur notre site Web et sur les services que nous sommes en mesure d'offrir.

en savoir plus sur notre politique de protection de vos données

Click to enable/disable Google Analytics tracking code.
Click to enable/disable Google Fonts.
Click to enable/disable Google Maps.
Click to enable/disable video embeds.
Notre site utilise des cookies, principalement issus de services tiers. Définissez vos préférences de confidentialité et / ou acceptez notre utilisation de cookies.